« Shocking! », la vidéo qui dit c’est arrivé près de chez vous (ou ça pourrait)

Capture d’écran 2014-03-09 à 12.16.12

Postée le 5 mars sur Youtube, la vidéo frôle déjà les 20 millions de vues. Gage de partage ou de feu de paille sur les réseaux sociaux, on pourrait s’attendre à ce qu’elle révèle un scoop, ou qu’elle soit immanquablement drôle, archétypes de ce qui s’emballe sur Youtube. « If London Were Syria » n’est rien de cela. Microfiction de 94 secondes qui dérange, percute, touche, émeut et questionne à la fois, cette vidéo joue avec d’autres codes, ceux de l’identification et de l’enfance. Le récit d’un (banal) anniversaire à Londres, celui d’une petite fille choyée, entourée, confiante, heureuse, dont la vie bascule alors que la guerre prend ses quartiers dans la capitale anglaise. Un anniversaire plus tard, – une année égrenée en plans secondes, un « time-lapse » qui témoigne de la descente aux enfers – , la guerre a tout dévasté, l’insouciance a laissé place à la terreur, et la chute nous appelle à plus de conscience et mobilisation : « Just because it’s not happening here, doesn’t mean it’s not happening ».

Le message de Save the Children, l’organisation non gouvernementale derrière cette campagne d’alerte est clair: il est urgent de prendre conscience du chaos syrien et de ses répercussions sur la population la plus fragile, les enfants. Cela fera trois ans le 15 mars que la guerre civile a commencé en Syrie. Un bien sinistre anniversaire pour une guerre qui a tué plus de 140 000 civils, dont près de 10 000 enfants, et qui est à l’origine de près de deux millions et demi de réfugiés (parmi lesquels un million d’enfants).
Le Secrétaire des Nations Unies Ban Ki-moon affirme que « plus de la moitié de la population syrienne a besoin d’aide d’urgence ». Un rapport des Nations Unies paru début mars estime que de graves violations des droits des enfants ont été et sont commises quotidiennement en Syrie, beaucoup touchant à leur intégrité physique quand elles ne conduisent pas tout simplement à leur mort.

Capture d’écran 2014-03-09 à 18.33.31Devant l’urgence, la campagne « If London were Syria » a le mérite de toucher les consciences. Elle fait partie d’un dispositif plus vaste aux objectifs complémentaires: toucher, collecter, mobiliser. Si la vidéo intitulée « Most Shocking Second a Day Video » s’inscrit dès le départ dans les stratégies virales les plus courues , celles dont on regrette parfois qu’elles flattent la curiosité immédiate et donnent l’envie de cliquer pour voir ce qu’il y a justement de choquant, elle n’en reste heureusement pas là. L’appel au bouche à oreille et au partage fonctionne car la vidéo est au service d’un message que l’ONG a choisi de faire passer par le choc et l’émotion, autres ressorts puissants des stratégies virales. La collecte de fonds arrive en second temps : par de là la prise de conscience, Save The Children lance une opération pour venir en aide à ces populations d’enfants en danger. Un « overlay » sur la vidéo engage à l’action: « How you can help« , il redirige vers le site de l’organisation. Là, l’opération est détaillée, les actions des équipes sur le terrain auprès des populations expliquées, et les différents moyens d’agir clairement exposés: don sur le site et/ou mobilisation online via Facebook ou Twitter. Car c’est ici que le dispositif prend tout son sens : la campagne cherche aussi à sensibiliser par l’événement en appelant les internautes à participer le 14 mars à la manifestation Faces for Syria, une fresque de visages, constituée des nôtres, répercutée auprès de millions d’autres via les réseaux sociaux, témoignant d’un soutien aux victimes et appelant les politiques à agir pour que cessent les massacres civils.


Prise de conscience, collecte de fonds et engagement. Pour la Paix. Pour la Vie.
Une campagne qui mérite les 20 millions de vues. Notre attention et nos visages.

Pour découvrir et partager la vidéo « if London were Syria »: If London were Syria
Pour aider Save the Children à secourir et venir en aide aux enfants de Syrie : savethechildren.org
Pour participer à Stand #withSyria, événement online créé par Save the Children, et accoler son visage à la fresque citoyenne qui dit non à l’oubli et invite parties prenantes et politiques à arrêter les massacres civils : facesforsyria.org

Pour découvrir le destin des réfugiés syriens dans un récent et puissant webdoc  du Washington Post:
washingtonpost.com/sf/syrian-refugees/story/refuge/

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :