« C’est reparti comme en 14! », le web au service du doc

Capture d’écran 2014-02-13 à 23.46.49« C’est reparti comme en 14 »! Paradoxe de l’histoire, l’expression qui a traversé le siècle, porte l’enthousiasme des Français partant à la guerre fleur au fusil, pressés d’en découdre avec les Allemands après la défaite de 70. Une « der des ders » qui saignera le monde, engloutira près de 19 millions de personnes, – civils et militaires -, et fleurira fusils… cimetières, et monuments aux morts. A l’occasion du centenaire de la Grande Guerre, Arte, chaîne franco-allemande dont l’ambition documentaire ne s’est jamais démentie, a choisi de nous faire (re)vivre l’événement à l’aide d’une expérience plurielle, qui mêle programmation cinématographique, documentaires, diffusion d’une série exclusive, et deux webproductions: « 14, dernières nouvelles » et « 14, des armes et des mots« . L’occasion de se pencher sur l’expérience documentaire enrichie que proposent webdocs et webproductions.

Diffusé sur le site du Monde et sur le site d’Arte, « 14, dernières nouvelles« , ouvre la marche avec l’ambition d’égrener chaque jour, avec la précision d’un calendrier, l’actualité qui faisait le quotidien des Français « les jours d’avant ». Expérience éditoriale enrichie plus que webdoc à proprement parler,  « 14, dernières nouvelles« , se présente comme suit:  « il y a cent ans : une photo, un article. Chaque jour une parution pour raconter la montée vers la guerre ». Capture d’écran 2014-02-14 à 00.02.57
S’offre alors une plongée toute contemporaine dans ce « monde d’avant », fait de la restitution de la Joconde au Louvre le 1er janvier aux incidents survenus en mairie le 6 février lors de la clôture des listes électorales dont des suffragettes réclament avec véhémence et sans succès la mixité, … en passant, le 10 février, par l’augmentation exorbitante du prix des légumes due à une sévère vague de froid, – prix du poireau multiplié par 4, quand même!. L’actualité de l’époque, dont les sources sont multiples (principalement les quotidiens français et allemand: Le Temps, L’Humanité, Coburger Zeitung, …), en plus d’être mise en Une par une photo et un texte, dont on suppose qu’il est un « digest » de l’article original adapté à cette nouvelle formule!, bénéficie de courts zooms sur les sujets traités qui donnent de la profondeur et un (tout petit) brin de culture aux hommes pressés que nous sommes devenus. Intéressante, cette webproduction nous mènera jusqu’au 2 août, date de la mobilisation générale de la France, dans un savant mélange d’actualité « chaude » qui a pu rendre myope et insouciant, et de regards aiguisés d’historiens et d’auteurs qui ont présidé aux choix éditoriaux et qui eux savent où se terminent les « dernières nouvelles ». Si l’expérience est réussie d’un point de vue contenus, on regrettera quand même une ergonomie qui fait peu honneur au XXIème siècle et une navigation « au clic » un rien poussive pour découvrir les textes et changer de page quand on connaît les possibilités offertes par l’overlay ou la surimpression. (De même, alors que les fonctionnalités de partage sont intégrées pour chaque contenu, drôle d’idée de proposer de s’inscrire à une newsletter pour recevoir une photo une fois par semaine, lorsqu’on crée un programme quotidien: recevoir les dernières nouvelles tous les matins aurait eu du cachet!).

Capture d’écran 2014-02-14 à 01.47.14Second « programme » proposé par Arte, « 14, des armes et des mots », accompagnera un docufiction en 8 épisodes, série inédite et exceptionnelle diffusée sur la chaîne à partir du mois d’avril. Un travail de fourmi de plusieurs années pour recueillir, choisir, écrire, restaurer, tourner. Un projet multimédia, aussi, qui allie une intensité semblable à celle du cinéma, un récit documentaire intégrant des images d’archives inédites et restaurées, à l’histoire de ceux et celles qui ont vécu cette guerre, à travers 14 journaux intimes authentiques retrouvés et scénarisés.

Il y a fort à parier que ce projet, par delà l’ambition et l’exigence d’authenticité qui ont porté l’écriture et la réalisation de la série, s’appuiera sur une nouvelle narration enrichie de cette galerie de portraits de ces femmes, hommes, et enfants anonymes qui ont écrit l’histoire, et dont les journaux intimes ou les lettres résonneront cent ans après sur le web: extraits, images d’archives, enregistrements audio et vidéo, tout ce qui a fait la guerre, sous l’oeil de ceux qui l’ont vécue pendant quatre ans, « une perspective unique à la fois multinationale et individuelle ». Quatorze destins de 14. Un webdoc. Une expérience et un temps différent.
Rendez-vous le 29 avril.

Pour patienter, découvrir le making of du docufiction et du projet:
14, des armes et des mots

Pour suivre sur Arte le centenaire de la Grande Guerre:
La Première Guerre Mondiale, un événement sur Arte

Pour s’initier aux webdocs, et pour découvrir ceux primés dans la section « webdoc » du Mois du Film Documentaire en novembre 2013:
Le Lauréat du Public: une jeunesse bosnienne
Le Lauréat du jury Courrier international : no es una crisis

Parce que Tss a aussi été impressionné à leur sortie par ces trois oeuvres remarquables qui ouvrent la voie à une nouvelle expérience du documentaire:
La Zone : La Zone, retour à Tchernobyl
Prison Valley: Prison Valley, l’industrie de la prison
Alma: Alma, une enfant de la violence

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :