Made.com, le goût du design accessible, chez vous en un clic (et bye bye le clic clac)

Capture d’écran 2014-01-30 à 00.00.26Janvier, début d’année, un souffle de rangement s’est abattu sur la maison, et l’envie soudaine de tout changer ne vous quitte plus. Côté changement, les soldes ont certes contribué à remplir les placards… mais pas à les agrandir, ni à relooker le canapé du salon dont vous ne savez plus très bien quand il a rejoint vos pénates. A l’époque, votre téléphone était un Nokia et l’on était encore au siècle dernier. Ouille!
Dans ce contexte, l’arrivée sur le marché de made.com répond à une double exigence, la vôtre bien sûr, et celle plus philanthropo-oecuméniste de proposer du « mobilier design pour tous ».

La signature du site, « changeons les règles du design », annonce la couleur, celle de la rupture et de la différence.
Lancé au Royaume-Uni en 2010 par trois jeunes frenchies expatriés à Londres, amateurs de design éclairés et sidérés par les tarifs boutique de leurs coups de coeur, made.com a cherché à rendre accessible le mobilier design. Ning Li, CEO et fondateur, financier français né en Chine et conscient des marges pratiquées sur les pièces fabriquées là-bas et distribuées ici, a trouvé son marché: les amateurs de beau qui veulent avoir les moyens de se l’offrir. Vrai succès en Angleterre, le site a une déclinaison française depuis le printemps 2013 (et une italienne depuis novembre).
Ses caractéristiques? Une distribution 100% online, qui permet non seulement de se passer des coûts inhérents aux loyers de boutiques aux superficies étendues, mais aussi de pouvoir proposer des nouveautés près de deux fois par semaine. Une petite révolution là où la concurrence « brick and mortar » ne propose « que » deux collections par an.
Autre atout majeur de son positionnement, made.com ne revend pas de mobilier acheté à des designers ou éditeurs de meubles, il conçoit et fait travailler ses propres designers, une quarantaine qui viennent du monde entier – dont quelques stars montantes du design britannique. Un système vertical intégré qui se passe d’intermédiaire, et permet aussi de produire quasi à la commande, dispensant l’enseigne de devoir gérer des stocks, et de devoir aussi écouler les invendus « en fin de saison ».

made.com, à l’instar d’autres pure players qui se sont lancés ces dernières années, a su capitaliser sur l’adoption de nouveaux usages, ceux qui veulent qu’on achète aujourd’hui une paire de chaussures que l’on n’a pas essayées sur sarenza, et qu’on fait désormais de même pour un canapé ou une table basse. La création d’un showroom présentant les collections est intervenue sur le tard, à la demande des consommateurs, parmi lesquels certains manifestaient le désir de vraiment venir s’asseoir sur le futur canapé du salon. Un feedback client pris en compte par la start-up à la manière du « test and learn » si cher à ce type d’entreprise.

Si le succès vient bien sûr des qualités du produit acheté lui-même – son design, son rapport qualité/prix, son délai de livraison – , il touche aussi à un sujet plus vaste, l’expérience client sur le site e-commerce.  Celle-ci a beaucoup évolué et là où nombre de sites marchands ressemblaient à des catalogues en ligne, on voit apparaître des contenus éditorialisés, la création d’un univers produit qui raconte souvent une histoire, celle de la conception du produit ou celle de son plébiscite par une communauté, comme les photos des meubles in situ chez des clients heureux sur made.com. La politique de retour, et les services associés à la livraison, sont également essentiels au succès.
Dernier clin d’oeil aux collaborations créateur/enseigne qui ont le vent en poupe dans le secteur de la mode, made.com s’est essayé aux ventes évènementielles de collections « capsules », et depuis le 1er juillet, on peut s’offrir du Putman sur made.com. Olivia Putman. Déjà pas mal pour un début!

Pour découvrir made.com et profiter des soldes jusqu’au 11 février:
www.made.com/fr

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :